Avez-vous bien optimisé votre article WordPress ?

Gérer votre site et votre blog en utilisant WordPress vous facilite la tâche sur de nombreux points, à condition de s’y retrouver parmi les outils disponibles et les bonnes pratiques.

Nous allons nous intéresser à l’optimisation basique du référencement de vos articles.

Avant tout, installez le plugin SEO By Yoast si ce n’est pas déjà fait (gratuit). Vous écrivez déjà 500-600 mots par article ? Il est temps d’optimiser vos efforts.

1) Vérifiez la structure de vos permaliens.

Si vos permaliens indiquent encore www.votredomaine.com/?p=123, rendez-vous dans Réglages > Permaliens et choisissez « nom de l’article » ou « structure personnalisée ». Enregistrez les modifications et revenez à votre brouillon d’article.

Par défaut, l’url reprendra désormais les mots détectés dans le titre de votre article. N’hésitez pas à le retoucher pour qu’il ne soit pas trop long, en gardant les mots-clés principaux et en excluant les « stop words » (de, à, en…), qui sont filtrés par les moteurs de recherche.

2) Utilisez les balises H1, H2… et soignez votre structure d’article.

Vous l’avez peut-être déjà lu : la hiérarchie des titres est importante sur une page.

Titre (h1), sous-titres (h2, puis h3, etc.), paragraphes, listes… Cette structure sert aussi à faciliter la lecture de votre article.

Votre titre doit être optimisé pour le SEO et inclure (idéalement) votre mot-clé cible. Il apparaîtra en effet dans les résultats des SERP.

Ecrivez toutefois toujours pour votre lecteur : c’est bien lui qui doit cliquer, lire et consommer chez vous !

Limitez le nombre de caractères, car Google tronque les titres trop longs (comptez-en 60, le plugin de Yoast vous aidera).

3) Ciblez un mot-clé (ou une expression) par page ou article.

Inutile de chercher à caser tous vos mots-clés stratégiques dans une même page. C’est une stratégie aussi contre-productive qu’illisible et vous ferez fuir vos lecteurs.

Choisissez le thème principal de l’article : c’est de lui que découlera votre optimisation pour les moteurs de recherche.

Les débats sont sans fin sur la question du pourcentage d’apparition d’un mot-clé dans une même page. Le mieux est de rester naturel et d’utiliser des synonymes ou des termes liés à ce dernier (en utilisant la « longue traîne »).

Incluez un synonyme ou l’expression ciblée dans un ou plusieurs de vos sous-titres, ou mettez-les en gras s’ils apparaissent dans un paragraphe.

4) Utilisez des liens internes, mais ne suroptimisez pas vos ancres.

L’ancre d’un lien désigne les mots que vous rendez cliquables.

Cette phrase est une ancre.

Par exemple, si votre site est spécialisé en « accessoires de piscine », ne transformez pas systématiquement cette expression en lien cliquable à tous les endroits de votre site.

Variez les plaisirs avec des termes comme « cliquez ici », « pour en savoir plus »…

Pensez aussi à créer des liens vers des sites établis comme Wikipedia (tant que cela reste pertinent pour vos lecteurs).

5) Optimisez vos images.

WordPress vous permet d’ajouter une description de vos images. Renommez-les avant de les uploader vers votre bibliothèque, puis remplissez les champs « titres » et « alt » en y incluant un mot-clé.

6) Quid des meta descriptions ?

Elles servent surtout à attirer le chaland lorsqu’il voit les extraits des sites que lui renvoie Google lors de sa recherche.

Ne négligez pas ces quelques mots, car ils peuvent faire la différence face à vos concurrents en augmentant votre nombre de clics.

Exemple de résultat pour « visiter la Tour Eiffel » :

Avez-vous bien optimisé votre article WordPress : meta description

Avec ces premières astuces (souvent sujettes à débat), vous pouvez gérer vous-même l’optimisation basique de vos articles.

Cela ne suffit bien sûr pas à s’emparer d’un marché : pour une stratégie de référencement complète, tournez-vous vers un professionnel aguerri !

Crédit image: Giulia Forsythe

Pin It on Pinterest

Share This